That's how I like it


Tags


That's how I like it

Speedy Gonzales

16th June 2010

*Disclaimer : ce billet est truffé jusqu’à la moelle de digressions et échappées en tous *genres. Il s’apparente fortement à un labyrinthe ; ou à un morceau d’emmental, au choix – pas à du gruyère, parce que dans le gruyère, y’a pas de trou ; voilà, c’est dit… Bon courage, et si vous parvenez à en suivre les méandres, congratulez-vous de ma part – et de la vôtre, ça ne mange pas de pain ; et puis vous l’avez bien mérité !

Ca y est. Elle est arrivée en 48 heures, [ma commande de mémoire chez ****](http://legrandbricabrac.fr/blog/quand-ca-rame/ "Quand ça RAMe…"). Non, je ne révélerai pas le nom de ce marchand, je ne veux pas faire de pub. Enfin… Soit, si un jour vous voulez vraiment savoir, levez les yeux – mais pas vers le plafond, boudiou, vers le haut de la page, là, à droite, au dessus des grosses icônes grunge ! -, et vous verrez qu’il existe un onglet dénommé [« C’est qui, elle ? »](http://legrandbricabrac.fr/blog/ellecausedelleunpetitpeumemesionsenfiche/ "C’est qui, elle ?"). L’auteur de ce blog a trouvé cela plus original que le traditionnel « à propos de… » (mal traduit de l’anglo-saxon), mais cela n’engage qu’elle !

Cliquetez dessus – aïe, pas sur moi, la souris, sur l’onglet ! – et alors s’ouvrira, non la caverne d’Ali Baba, ni la porte de Mordor, mais une courte présentation de ladite scribouillarde. Je vous rassure, vous n’êtes pas obligé(e) de la lire, en tout cas pas en entier. Tout en bas, vous trouverez mon adresse mail. Pourquoi diantre la cacher là, alors que je pourrais ajouter une icône supplémentaire sur ma page d’accueil, avec un lien tout bête vers ma messagerie ? C’est à cause des robots. Ils sont partout, ils lisent tout ! – non, je ne fais pas une crise de paranoïa aiguë. Si je n’ai pas pris mes médicaments, c’est parce j’ai arrêté de parler aux cailloux. Surtout aux gros, ils sont trop foufous ! (courtesy of Frank Dubosc, dont je n’aime pas du tout l’oeuvre à l’exception de la phrase précédente).
Où en étais-je avant de citer des humoristes douteux… Oui, les robots ! Ils parcourent le net dans tous les sens à la recherche d’informations. Certains sont bien intentionnés : ils ne demandent qu’à découvrir de nouvelles pages web pour que vous puissiez les retrouver lors d’une recherche avec votre moteur préféré – personnellement, j’ai un petit faible pour Google, et je ne suis pas en train de faire de la réclame, puisque c’est un produit « gratuit » (= payé par la pub : n’allez pas croire qu’on vous fasse des cadeaux !) – ; D’autres ont pour unique objectif de récupérer le plus grand nombre d’informations personnelles, voir confidentielles, possible. La plupart ne s’intéressent heureusement qu’à votre adresse, d’autant plus facile à repérer qu’elle contient un arrobase (@) suivi d’un nom de site connu et répertorié (Google, Yahoo…). Une fois récupérée, elle sera vendue et permettra à des annonceurs suspects de vous vanter les mérites de produits assez peu variés – Viagra, antidépresseurs, sex toys, recettes en tous genres destinées à améliorer vos performances sexuelles – mais pas intellectuelles, c’est tout de même étrange ! Parce que pour ma part, un cerveau qui fonctionne vite et bien, ça me fait carrément… réfléchir ! – qui viendront pourrir votre boite en la gavant de spam jusqu’à ce qu’elle déborde. Pour leur faire barrage, une seule solution : ne pas utiliser la balise HTML a href=mailto: »adresse mail » dans sa page web, et ne jamais y écrire son adresse telle quelle, mais remplacer les caractères @ et . par les mots « arrobase » et « point ». A l’heure actuelle, les affreux jojos automatisés n’ont pas encore trouvé la parade à ce stratagème tout aussi simple qu’efficace.
Excusez-moi, je me suis égarée en chemin : cet article est de plus en plus dense, une cane n’y retrouverait pas ses petits – ne me demandez pas ce que des canetons viennent faire là, je n’en sais fichtrement rien et je ne veux plus faire d’aparté ! Laissez-moi finir, crévindiou !
Je disais donc que j’avais bien reçu mes 4 Go de RAM. Je les ai mis en place, et voilà ma bête cabrée et constamment prête à partir au galop ! J’ouvre désormais 6 ou 7 applications à la fois (dont mon logiciel de retouche photo et quelques sites en flash) sans qu’elle ne bronche. Pas de plantages inopinés – les deux coupures d’électricité d’hier ne comptent pas, mais j’en veux quand même à EdF ! -, pas l’ombre d’un ralentissement en vue : du pur bonheur ! Je n’ai qu’une seule chose à dire : yippee !
Je sais, je sais… Tout ça pour ça !

admin
AUTHOR

admin

0