On dirait que ça serait un bras d'honneur,

un pied de nez très très impertinent à la presse féminine qui pense avec… avec quoi au juste ? Ah, oui, c’est vrai : les annonceurs s’en chargent pour elle.

Non, ceci n’est pas une pub – mal – déguisée : je n’ai même pas encore lu le magazine en question. Mais non seulement je vais me le procurer, mais en plus je vais vous le passer en revue sans pitié (mais avec le sourire) pour vous dire de manière plutôt objective (on va essayer !) si on a encore gâché des arbres pour rien, ou si on assiste à la naissance d’une tendance : la publication qui s’adresse au cerveau des femmes, et non à leurs complexes ou à leur porte-monnaie.
La suite bientôt !