Et puis quoi encore !

Ici, c’est mon espace de liberté. J’écris comme je pense, et entends bien laisser les autres faire de même.
Mais laisser des anonymes m’agresser, hors de question.
Contre les trolls de tout (mauvais) poil(s), je fais coup double :
Si un commentaire, au lieu d’être l’expression raisonnée d’une opinion ou d’un argument, se transforme en attaque en règle, en crachage de fiel, alors impitoyablement, je supprime. En seule et unique maîtresse de mon blog, j’annihile. A pu.

Pour inciter mes gentils commentateurs à se montrer raisonnables, je me vois dans l’obligation (vous aussi, vous trouvez que ça commence mal ?) de ne plus autoriser les commentaires anonymes. Je n’aime pas ça, mais j’aime encore moins subir, aux petites heures du matin, les qualificatifs peu flatteurs sortis tout droit du cerveau pas bien irrigué de quelqu’un qui se fait passer pour ce qu’il n’est pas histoire d’être plus blessant encore.
Je dis niet.
Et vous, vous auriez fait quoi à ma place ?