Nature capital(e) ? Ahem...

Non, je ne vois pas toujours la vie en rose… Je sais retirer mes oeillères positives pour voir la vraie vie, celle qui ne sent pas toujours bon et qui tâche.
On transforme les Champs Elysées en apportant la nature au coeur de Paris : pourquoi pas !
Mais qu’on montre l’incroyable diversité sauvage de nos régions plutôt que de faire l’apologie d’espèces agricoles surexploitées !
On veut que les gens en garde un beau souvenir : l’idée est louable… Ou plutôt vendable ! A 14€ le minuscule pot de terre, en passant par les « fragments » et les « éclats » – nom commercial de la jardinière vulgaire – qu’on ose fourguer à 490€ le mètre carré, y’a des sous à faire !
Vous me direz que de l’argent, il en faut pour organiser un évènement pareil. Oui, et les sponsors sont là pour le fournir, grâce à… vous l’avez deviné, la publicité ! La nature aura aussi servi à vendre des automobiles, du parfum, de la bière, et même de la malbouffe. D’aucuns apprécieront l’ironie…
Et c’est pas fini : le show n’a fait que changer de lieu, il se poursuit maintenant au sud de Melun.
Je n’ose même pas penser au coût-carbone : transporter un champ en pleine ville, c’est pas vraiment écolo… Sans compter les gens qui se sont déplacés spécialement pour le « spectacle » !
Presque 2 000 000 de personnes sont venues voir une des plus célèbres avenues au monde couverte d’une – très chère – couche de végétation. Et si elles étaient plutôt allées se promener à la campagne ?!