Le plaisir de rouler 2.0 : leçon n°1

Maintenant que vous connaissez tout de mon côté cycliste – oops, j’ai oublié de vous parler des pantalons rembourrés du même nom, pas seyants pour 2 sous, mais que mon auguste derrière bénit sur les longues distances -, il est temps de passer à autre chose.

Prenez une bicyclette – mais laissez-moi finir ! Otez-lui le porte bagage, la selle, le guidon, le cadre, et multipliez ce qui reste par 4. Euh… non. Désolée. Ce que je viens de décrire ne ressemble absolument à rien.
Prenez plutôt une paire de rollers en ligne. 4 roulettes à chaque pied, car vous n’avez pas résisté à l’envie de les chausser.
Déplacez-vous. Mais si, c’est facile : entrez dans la peau d’un pingouin, et dandinez-vous d’un pied sur l’autre. Ne soyez pas si raide, fléchissez-moi ces genoux !
Sentez comme l’effort se transmet directement : pas besoin de chaine. Vous êtes en contact avec le sol, et pourtant vous glissez. Sans bruit. Sans impact. Une simple impulsion vous fait avancer de plusieurs mètres.C’est aussi rapide que le vélo. C’est plus doux que la marche.
Bien sûr, ça demande de développer de l’équilibre et certains muscles fessiers – ce qui, deuxième effet Kiss Cool, n’est pas pour déplaire au sexe opposé – mais le patinage – si vous avez lu tapinage, vous avez un sérieux problème d’obsession sexuelle, et je vous conseille fortement de consulter le Dr Ruth – est une discipline généreuse, dans laquelle on progresse généralement vite.
Mais attention : elle châtie bien ceux qui ont l’orgueil de rouler pour l’esbroufe : faites le malin, vous tomberez inévitablement dans le ravin – vous chuterez, point, et ça ira du

petit « ouille ! » à la fracture, mais ça, c’est pour une autre fois. Si vous avez suivi, vous avez donc compris que la seule qualité indispensable pour la pratique du roller-skating, c’est l’humilité, entre autres parce qu’une bonne dose d’auto-dérision est on-ne-peut-plus

utile pour franchir la phase des quatre-fers-en-l’air-toutes-les-deux-minutes sans bobo à l’ego.

Je ne vous ferai pas le récit de mon histoire d’amour avec les patins à roulettes par le menu, c’est promis : j’ai déjà mis votre gentillesse et votre attention à rude épreuve. Mais vous aurez bientôt droit à de nouvelles « leçons » – très différentes de celles-ci, il est vrai – pas rébarbatives et avec, comme toujours, un maximum de bric-à-brac dedans.

![](http://res.cloudinary.com/virujinii/image/upload/v1439300359/Photo1715_zilzfv.jpg "Vive les Séba High !")
*Courtesy of [Joshua](http://joshuajoshing.wordpress.com/)*