Le groupe du Laocoon

« Il en manque des bouts ! », diraient certains. Ces vieux morceaux, ces reliques partielles, je les admire, les vénère presque, pour la vie qui les anime en dépit de leur nature inerte ; j’en veux le réalisme et la magnificence de ce pied pour preuves :

[![](http://res.cloudinary.com/virujinii/image/upload/h_800,w_448/v1439300337/pied-laocoon_pos8pd.jpg "Vivant...")](http://res.cloudinary.com/virujinii/image/upload/v1439300337/pied-laocoon_pos8pd.jpg)Le groupe du Lacoon, du fond de la cour des musées du Vatican où il s’expose, m’a coupé le souffle et transportée. Chaque détail est émerveillant de beauté et de véracité ; la puissance, la peur, la souffrance aussi, se dégagent respectivement de la figure centrale et de celles qui lui sont accolées. Les corps – également incomplets – des serpents joignent ceux des êtres que lentement ils étranglent, les unissant dans la mort en une inéluctable étreinte.