Je me donne...

Je me donne… Parce que c’est essentiel, indispensable même. C’est aussi totalement gratuit, parce que paradoxalement ça n’a absolument pas de prix !

Ca fait des années que je pratique. Même si cela me fatigue un peu, c’est toujours un immense plaisir de savoir que l’on va faire du bien, beaucoup de bien, à une, voire à plusieurs personnes.
Alors s’il vous plait, pensez-y. Même si vous n’y allez pas lundi prochain, journée mondiale des donneurs de sang – qui a dit donneurs de sperme ? Qu’il aille se laver la bouche au savon ! -, gardez à l’esprit l’importance de ce geste simple qui sauve des vies tous les jours. Peut-être même la vôtre, demain, ou celle d’un de vos proches…

Pour les phobiques des trucs pointus, il existe un nouveau système qui permet de prélever sans aiguille, à travers la peau. Naaaan, je rigole. Faudra vous faire piquer, comme tout le monde. Mais les gentil(le)s infirmier(e)s de l’E.F.S. sont aguerris : ils perforent à longueur de journée, et le font avec le sourire.
Une petite info qui vous aidera peut-être à franchir le pas : mes veines à moi sont super étroites, et les couardes se planquent dès qu’elles voient une blouse blanche. Pourtant, elles n’échappent jamais aux mains expertes et regards acérés des personnels des centres de don.
Et puis franchement, aujourd’hui, qui a peur des vampires ?

Un dernier conseil : n’oubliez pas de bien manger avant, mais gardez une petite place pour le dessert : on a la gentillesse de vous offrir une collation après vous avoir chipé un peu de votre précieux liquide rouge, la moindre des choses est de la consommer… entre amis, tant qu’à faire, c’est vraiment plus convivial !