That's how I like it


Tags


That's how I like it

J'aime le vélo

30th September 2011

Partout où je vais, je suis montée sur mon fidèle destrier, vous le savez. Mais il arrive que la bête vaillante fatigue, en général quand le temps devient moins clément. En hiver, les vitesses me lâchent, et les freins pâtissent. Quand les températures se rapprochent de zéro (pas comme en ce moment, où un bel été indien nous fait l’honneur de nous rendre visite, puisque son cousin l’été conventionnel n’a pas daigné nous réchauffer de son auguste présence), les cables en acier souffrent.

Cette année, les déboires arrivent d’autant plus tôt que j’ai parcouru pas mal de kilomètres. Jusqu’à maintenant, je confiais ma monture à l’atelier de mon vélociste préféré – merci Benoît ! – mais j’ai décidé de m’occuper moi-même des menues réparations, celles qui ne sont pas trop complexes et ne nécessitent ni connaissances, ni outillage – trop – spécifiques.
J’ai ainsi offert de nouveaux phares à mon vélo, tous deux équipés d’un condensateur – et non de piles rechargeables, comme celles qui m’ont valu de me faire voler la moitié de mon éclairage arrière il y a 4 matins –  pour rester allumés même à l’arrêt. Ingénieux, non ?
J’ai aussi commandé de quoi nettoyer mon vélo et changer les câbles et les gaines de freins et de dérailleur, pour éviter l’usure prématurée des autres pièces de la transmission, comme les pignons, plateaux et dérailleurs.
Après bientôt 5000 km, mon fringuant biclou a bien mérité quelques pièces neuves… Le problème est toujours d’accepter de m’en séparer le temps nécessaire aux réparations/améliorations : j’ai tellement l’habitude de l’enfourcher pour me déplacer en toute autonomie que son absence me diminue. Oui, je sais, nous avons la chance de bénéficier du super programme de location de vélo VLille, mais malgré tout, elle me manque, ma bicyclette, et puis j’ai un peu l’impression de lui être infidèle quand je me balade au guidon d’un autre deux-roues.
Au programme donc, quelques travaux de remplacement – et de bonnes crises de fous-rires pour vous, quand je vais publier le roman photo du nettoyage et du démontage partiel de Jolly Jumper ! – et peut-être, pour fêter les prochains 5000 km, un peu de cyclotourisme qui servirait de prétexte à s’équiper du gadget utile et écolo – mais encore un peu cher ! – qu’est le chargeur de téléphone/GPS sur moyeu ?

admin
AUTHOR

admin

0