Je découvre Simon Birch, dont la peinture me laisse sans voix. Flirtant avec le cubisme, mais ancrée dans la figure humaine, sa technique me sidère, tout simplement. J’admire, le souffle coupé. J’en prends littéralement plein les yeux.