Comment (en) est-on arrivé là ?

Oui, c’est vrai, ça, comment avez-vous découvert ces pages ?

Pour plus de 300 d’entre-toi, lecteur/trice fidèle, c’est en faisant une recherche sur le grand géant aux deux G et aux deux O (et un L et un E aussi). Oui, celui-là même à qui je reproche de jouer au Big Brother. Et les mots-clés qui t’ont mené(e) ici sont très, très révélateurs de ce qui te préoccupe.

Petit florilège…

En tête, avec un bon gros 10% du total, arrive tout ce qui a trait au physique féminin. Celle dont le nom revient, c’est bien évidemment Marilyn Monroe, star emblématique, et c’est bien normal : c’était une véritable déesse – ce constat n’engage que moi, ainsi que quelques autres millions de personnes…

Ce que je trouve plus inquiétant, c’est la récurrence de certains termes comme anorexie ou boulimie, et surtout que certain(e)s internautes souhaitent apparemment se procurer des œufs de ténia pour de vrai : eurk eurk eurk ! Je n’ai pourtant signé que deux articles sur la corpulence et l’image du corps, intitulés très explicitement Merde aux régimes : première gueulante et Merde aux régimes : Gueulante numéro 2. Du coup, je ne vais pas tarder à brailler une troisième fois, puisque visiblement, dans la tête de beaucoup, les choses ne sont pas claires. On va y aller au projecteur 100 000 mégawatts, histoire que tout le monde comprenne bien ce qui se passe. Je sais, je suis nulle en suspense.

Derrière viennent des préoccupations plus prosaïques : certains sont sur la piste – et trouvent ici même ! – d’un plombiste, d’autres veulent protéger leur pauvre boite à lettres des méchants prospectus avec un bel autocollant stop la pub – au passage, le distributeur de fascicules de mauvaise qualité pleins de produits que je n’achète jamais qui sévit depuis peu dans le quartier a décidé de les ignorer délibérément, ces avertissements amicaux. Ce qu’il ignore également – et c’est bien dommage pour lui – c’est que la fenêtre de mon bureau est à la verticale des fentes à courrier, et que la prochaine fois qu’il pollue les boites, il se prend (à défaut du contenu d’un seau d’aisance) un baquet d’eau chaude sur la tête. Oui, chaude. Ici, il fait froid. Très. J’espère que le choc thermique le fera se fissurer comme un T1000 fatigué, puis exploser en petits morceaux, tout ça sous les cris de liesse des riverains délivrés du joug de la pub… Pardon, je m’égare. Ça faisait longtemps, tiens.

D’autres arrivent ici parce qu’ils cherchent le Mordor (sans blague ?) ou plus simplement parce qu’ils me cherchent, moi. Et ils me trouvent, posée au milieu de mon grand bric-à-brac. Cerise sur le gâteau, ils découvrent quelques trésors du Vatican, comme le groupe du Laocoon ou Carlo Crivelli.

Et de temps en temps, ils sont en quête d’accros aux bêtes à poils – c’est tout moi, ça ! – voire en sont eux-mêmes une, ce qui expliquerait pourquoi ils lancent leur requête en chèvre (ou en mouton, je ne sais pas trop…).

Beeeee à toi aussi, cher lecteur ovin/caprin !