Il y a 5 ans, je me faisais le plus beau cadeau du monde : la vie.

J’envoyais paître l’auto-destruction à petit feu, le marketing savant et l’image rock’n’roll, et j’écrasais la dernière. Pour de bon.

On peut. On peut casser la dépendance, qui est surtout psychologique (je vous entends hurler d’ici. Personne n’a dit que ça rendait l’arrêt plus facile !). Briser les habitudes, désapprendre le geste. Et se diriger vers une vie plus saine, plus légère, où on apprend à s’aimer un peu plus. Une vie sans toxicomanie.

La cigarette, ce concentré de haine de soi.

Bordel, qu’est-ce que je suis heureuse de m’être défaite de ce poison en vente libre… Puisqu’on est en janvier et qu’il est encore temps de vous présenter mes meilleurs vœux, laissez-moi vous souhaiter tout simplement d’arrêter de fumer – ou de ne jamais toucher au tabac, si vous avez la chance de ne pas avoir commencé !

Saved: yeay, me
Virginie

Website